Une Canadienne s’exprime sur l’Éducation Sexuelle LGBT en Suisse

Référendum Votez Non à cette loi de censure!

En février 2020, la Suisse organisera un référendum national sur l’opportunité de revenir sur la loi promulguée en décembre 2018 qui censure les discours sur l’homosexualité (extension de la norme anti- raciste dans le code pénal à l’homophobie). La Suisse est le seul pays au monde à être une démocratie directe. Un citoyen peut déclencher un référendum sur n’importe quelle loi (qui soit soumise à référendum) simplement en collectant des signatures. 50 000 signatures sont nécessaires pour déclencher un référendum mais 70 000 signatures ont été recueillies en mars 2019 pour soumettre ce vote à la population suisse. Ce référendum ne vise pas à haïr la communauté homosexuelle. Cette dernière est déjà protégée par les lois générales sur le discours de haine, qui couvrent les autres groupes communautaires minoritaires. Le référendum vise à préserver l’équilibre délicat entre la liberté d’une communauté et les droits d’une autre.

Dans notre beau pays, la Suisse, où l’ONU siège également, nous jouissons de nombreuses libertés et droits, notamment la liberté de conscience, la liberté d’expression et le droit à l’éducation.

Je suis Canadienne de naissance et j’ai grandi au Canada, mais je vis en Suisse depuis près de 10 ans. Le Canada est souvent considéré par le monde comme un modèle de progressivité et d’égalité. Le monde commence à peine à comprendre qui est vraiment le Canada et je tiens à informer la Suisse de tout cela, avant le référendum intitulé “Non à cette loi de censure” prévu en février 2020, afin que vous puissiez voter contre cette loi de censure afin de préserver votre liberté d’expression, votre liberté de conscience et vos droits à l’éducation.

La Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies proclame le droit à la liberté d’expression:

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit (article 19).

La Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies proclame le droit à la liberté de conscience et de religion:

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; … ainsi qu’à la liberté de manifester sa religion ou sa conviction… par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites (article 18).

La Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies proclame le droit à l’éducation:

Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants (article 26.3).

S’il vous plaît, comprenez que si vous votez en accord avec cette loi sur la censure, toutes ces libertés et tous ces droits sont menacés, et je n’ai qu’à signaler un précédent juridique pour tout cela au Canada afin que vous sachiez que c’est l’avenir de la Suisse qui est en jeu si vous le faites ; votez pour préserver vos traditions et vos valeurs conservatrices; votez pour conserver vos droits et libertés existants.

Avant d’établir un précédent juridique au Canada, laissez-moi vous raconter l’histoire de notre famille afin que vous sachiez pourquoi je vous écris pour soutenir le référendum UDF en Suisse.

Notre famille comprend 4 enfants et nous étions très heureux depuis six ans à l’International School of Lausanne (ISL), composée principalement d’enseignants britanniques, américains et canadiens. Cela fait vingt-quatre années d’expérience scolaire au cours des six dernières années avec nos 4 enfants.

Je me suis réveillée un matin pour me rendre compte que l’école avait pris un changement radical de direction pour enseigner le LGBT Sex Ed intégré tout au long du programme scolaire du primaire et du secondaire. Voici comment je l’ai découvert:

En janvier 2018, mon fils de 13 ans m’a dit qu’il était en classe avec le conseiller scolaire. Il devait s’associer à un camarade de classe et trouver quelque chose en commun avec le camarade de classe à partager avec la classe. Mon fils s’est associé avec une fille. Ils ont dit à la classe qu’ils étaient tous les deux «hétéro». La réponse de l’enseignant fut: «Le temps nous le dira!» [Vous serez peut-être gay!] La classe a éclaté de rire et mon fils et sa camarade de classe ont été le sujet de discussion dans les couloirs.

Environ trois ans auparavant, mon fils étudiait la puberté à l’école et son professeur gay (qui m’avait dit par courrier électronique qu’il était gay) avait lu un livre d’images à la classe sur deux pingouins homosexuels qui adoptaient un bébé. Je n’étais pas contente de cela, mais je pensais que c’était une erreur personnelle de la part de l’enseignant en raison de son parti pris personnel (Qu’est-ce que l’adoption homosexuelle a pour rapport avec le sujet de la puberté?) Je n’ai donc rien dit… Je ne voulais pas lui causer des ennuis.

Donc, quand l’incident avec mon fils s’est produit lorsque son enseignante lui a dit qu’il pouvait être homo même s’il croyait être hétéro, j’étais à bout de patience. Je me suis plainte à un administrateur de l’école. Je m’attendais à des excuses et à une promesse que l’école parlerait à la conseillère scolaire de la pertinence de son commentaire. À notre grande surprise, l’administrateur de l’école a répondu qu’il demanderait à la conseillère scolaire quelle était sa philosophie en matière d’enseignement sur l’orientation sexuelle. C’était sa réponse (donnée en anglais), mais en voici la traduction française:

Mon approche est basée sur l’idée que l’orientation sexuelle est un spectre. De chaque côté du continuum, vous avez hétéro et gay. Les gens peuvent tomber à n’importe quel point de ce spectre, mais la plupart des gens ont tendance à se rapprocher de l’un des côtés. Il existe une autre «catégorie» appelée «asexualité». Tout cela est naturel et normal. L’homosexualité est présente dans la nature chez toutes sortes d’espèces (dauphins, éléphants, etc.) et est aussi naturelle que l’hétérosexualité et l’asexualité. Placer la sexualité sur un spectre plutôt que sur une dichotomie reconnaît le fait que certaines personnes peuvent, à différents moments de leur vie, être attirées par le même sexe et être toujours du même sexe ou du sexe opposé et être toujours principalement homosexuelles. Cela ne veut pas dire qu’ils doivent toujours agir en attirance, mais il est bon de le savoir pour les raisons suivantes: Les gens ont une bonne santé mentale quand ils sont le plus congruents. La congruence, c’est quand notre comportement et qui nous sommes sont cohérents et alignés. Des recherches ont montré qu’être ouvert à soi- même et découvrir ce que cela pourrait être (mentalité non figée) réduiront la possibilité d’un auto-jugement négatif et d’une incongruence. Comme la sexualité est maintenant perçue comme étant à la fois fluide et continue, il est important que nous nous donnions l’espace voulu pour être ce que nous pourrions être aux différents moments de notre vie. Cela ne veut pas dire que les gens peuvent ne pas avoir une idée claire de ce que peuvent être leurs préférences sexuelles, mais que, avec cela, ils pourraient être obligés de s’ouvrir aux futures réalités possibles.

De plus, l’administrateur de l’école m’a écrit ceci (donnée en anglais), mais en voici la traduction française :

… Il existe actuellement un “groupe de travail” qui couvre les écoles primaires et secondaires… Nous espérons intégrer une grande partie de notre éducation sexuelle de manière plus complète dans le curriculum, la classe principale et les périodes de bien-être.

Notre réponse à l’école a été forte: Dites aux parents! Vous DEVEZ en informer les parents et leur donner un moyen anonyme de faire le point sur cette question! Si plus de 50% des parents souhaitent intégrer l’éducation sexuelle LGBT Sex Ed et la sexualité humaine en primaire et secondaire, nous n’avons plus rien à dire sur le sujet.

Ce que l’école faisait était complètement contraire à l’éthique. L’International School of Lausanne est une école du Baccalauréat International qui propose le programme scolaire de l’IB pour les 5 à 18 ans.

Voici la déclaration de mission du programme du Baccalauréat International:

Une éducation internationale de haute qualité pour un monde meilleur:
Le Baccalauréat International (IB) a pour but de développer chez les jeunes la curiosité intellectuelle, les connaissances et la sensibilité nécessaires pour contribuer à bâtir un monde meilleur et plus paisible, dans un esprit d’entente mutuelle et 
de respect interculturel [les caractères gras sont de moi].

À cette fin, l’IB collabore avec des établissements scolaires, des gouvernements et des organisations internationales pour mettre au point des programmes d’éducation internationale stimulants et des méthodes d’évaluation rigoureuses.

Ces programmes encouragent les élèves de tout pays à apprendre activement tout au long de leur vie, à être empreints de compassion, et à comprendre que les autres, en étant différents, puissent aussi être dans le vrai.

Le programme de l’IB a pour mission générale d’enseigner la compréhension et le respect interculturels. Peu de personnes, y compris les enseignants de l’IB, comprennent vraiment ce que cela signifie. Je sais ce que cela signifie parce que j’ai fait des études de maîtrise au niveau universitaire sur le programme de l’IB. Deux administrateurs de l’ISL ont complété le master, ce qui a nécessité le même cours que celui que j’ai suivi. L’un des administrateurs qui ont participé à la maîtrise est le même qui m’a dit que l’école dispose de comités de travail en place pour intégrer l’enseignement de la sexualité humaine dans les programmes d’enseignement primaire et secondaire.

Que signifie enseigner la compréhension et le respect interculturels? Cela signifie respecter les personnes d’autres cultures, nationalités et religions qui peuvent avoir des croyances et des valeurs différentes de celles que vous vivez. Par conséquent, LGBT Sex Ed est tout le contraire du respect des personnes d’autres cultures, nationalités et religions. La plupart des pays non occidentaux n’acceptent pas LGBT Sex Ed pour leurs enfants. Vous pourriez être tenté de soutenir que la Suisse est un pays occidental, ce qui est bien le cas. Cela devrait donc être possible pour eux d’enseigner une telle morale sexuelle à leurs étudiants, mais l’école a décidé de s’appeler elle-même une école internationale avec la mission globale d’IB d’enseigner la compréhension interculturelle. Par conséquent, les parents ont certaines attentes lors de leur venue dans une école internationale qui peuvent être différentes de celles de l’envoi de leurs enfants dans une école publique ou une école privée «ordinaire».

Vous ne pouvez pas être une école internationale dont la mission est d’enseigner la compréhension interculturelle lorsque vous enseignez à vos étudiants qui viennent et vont dans des pays du monde entier, une morale sexuelle qui va à l’encontre de leur nationalité, de leur culture, de leur religion, etc.

Bien que je viens de mentionner que les pays non occidentaux n’acceptent pas le LGBT Sex Ed, je n’oublie pas que la plupart des parents des pays occidentaux ne l’acceptent pas non plus.

Il est particulièrement irrespectueux de ne pas dire aux parents que vous apprenez à leurs enfants d’envisager de modifier leur orientation sexuelle et/ou leur sexe, ce que de nombreuses cultures et toutes les religions considèrent comme immoral. J’ai envoyé un courriel à l’école pour demander si elle enseigne le sexe anal et que les enfants puissent choisir leur sexe? Je n’ai reçu aucune réponse. Je suppose donc que la réponse à ces deux questions est : «Oui, mais je ne vous le dirai pas!».

De plus, les enfants qui fréquentent les écoles internationales peuvent provenir de pays ou déménager dans des pays où la sodomie est illégale. Dans certains pays, la sodomie est même punie de mort. Par conséquent, le fait pour une école internationale d’informer les parents qu’ils enseignent à leurs enfants une morale sexuelle susceptible de les mettre en danger est un problème SÉCURITAIRE et devrait être un devoir impératif!

Une école privée a la liberté d’enseigner le programme de son choix, mais elle ne peut pas être une école internationale si elle enseigne l’éducation sexuelle LGBT. En effet, LGBT Sexualité Ed est une antithèse du respect des cultures, religions, valeurs, croyances, etc. internationales, et met en outre en danger le bien-être des enfants issus de pays où les LGBT ne sont acceptés par le grand public. Les écoles peuvent être une école à charte LGBT, si elles le souhaitent, mais pas une école internationale. J’aimerais beaucoup connaître l’organisation de l’IB, les professeurs qui enseignent la pédagogie de l’IB dans les universités, le Conseil Européen des Écoles Internationales (ECIS) auprès duquel les écoles internationales sont accréditées pour pouvoir en parler. J’aimerais que les responsables des Nations Unies, responsables de la Déclaration universelle des droits de l’homme, interviennent dans ce dossier.

Juste pour clarifier, je ne dis pas d’arrêter LGBT Sex Ed dans les écoles (bien que j’ai évidemment une opinion à ce sujet). Je demande seulement l’évidence que les écoles disent de manière transparente aux parents ce qu’ils enseignent pour que les parents puissent exercer leur choix, conformément à leur conscience morale, qui est leur plein droit humain.

ISL a dit aux parents qu’ils apprendraient aux élèves que les fantasmes sexuels étaient normaux, mais savaient-ils que cela violait également les croyances de toutes les religions? Cela n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle ou le sexe, mais cela a une implication sur la liberté de la vie privée dans notre vie de pensée intérieure, et je pense que la vie privée est également une valeur importante pour les Suisses.

L’article 3 de la Déclaration universelle des droits de l’homme stipule que les parents ont, en priorité, le droit de choisir la nature de l’éducation de leurs enfants. Les parents ne peuvent pas choisir si les écoles cachent une partie du programme scolaire aux parents.

En plus de violer le droit des parents de choisir la nature de l’éducation de leurs enfants, l’école a violé la liberté de conscience des parents d’élever leurs enfants conformément à leurs valeurs familiales.

Cela m’amène à la question de savoir en quoi la préservation de la liberté d’expression est liée à la question: Votez pour annuler cette loi sur la censure afin de préserver les droits et libertés des parents de discuter, de débattre et de refuser l’éducation sexuelle LGBT pour leurs enfants.

Peu de gens savent réellement ce que signifie LGBT Sex Ed. Veuillez vous référer au programme d’éducation sexuelle LGBT du Canada:

6 ans: organes génitaux et consentement
8 ans: le genre est une idée construite par la société et n’est pas liée à la biologie

8 ans: homosexualité
9 ans: rencontres amoureuses
11 ans: masturbation
12 ans: sexe anal et sexe oral
12 ans: plaisir sexuel
12 ans: Gardez un préservatif avec vous
13 ans: «Faites un plan personnel concernant votre activité sexuelle»

Les bureaucrates canadiens aux Nations Unies se sont inspirés du gouvernement canadien pour tenter d’imposer ce programme d’éducation sexuelle LGBT à d’autres pays du monde, par le biais des Nations Unies. Si le programme portait sur l’enseignement de la tolérance, cela ne me poserait aucun problème. En fait, je pense que l’enseignement du respect de la communauté LGBT devrait faire partie de l’enseignement général qui enseigne le respect des différentes races, religions, cultures, groupes minoritaires, etc. Malheureusement, comme vous pouvez le constater dans le programme d’études du Canada (quelques parents ont protesté et il a été annulé après seulement 3 ans) et au vu de notre expérience à ISL, il ne s’agit pas de tolérance. C’est une ingénierie sociale pour faire expérimenter aux enfants leur orientation sexuelle et leur identité de genre. Les parents, par définition, sont hétérosexuels, c’est ainsi qu’ils sont devenus parents (à quelques exceptions près, comme vous le savez). Les parents veulent tous que leurs enfants ne soient pas fondamentalement différents d’eux, y compris d’énormes différences de valeurs, car l’autre scénario implique la rupture de ces précieux liens familiaux. De plus, la plupart des parents veulent des petits-enfants.

Par conséquent, il est impératif que la Suisse vote pour protéger les droits des parents de ne pas être d’accord avec LGBT Sex Ed sans craindre la peine de prison.

L’école n’a pas répondu à ma demande de faire ce qui est éthique, c’est- à-dire de dire aux parents qu’ils enseignent à LGBT Sex Ed et qu’ils intégreront l’enseignement de la sexualité humaine dans les programmes d’enseignement primaire et secondaire; et de donner aux parents une méthode anonyme pour pouvoir se positionner à ce sujet. Je me suis donc adressée au président du conseil des gouverneurs de l’école pour me plaindre. Il est médecin et j’espérais donc qu’il se rangerait avec les parents pour dire que l’orientation sexuelle n’est pas fluide. Malheureusement, il ne l’a pas fait. Le conseil d’administration est revenu avec la réponse qu’il choisirait ce qu’il allait dire aux parents. Ensuite, j’ai regardé l’école de la prochaine année scolaire, PAS le dire des parents.

La journée de la fierté gay à ISL a eu lieu le 14 février 2019, mais ils n’en ont pas parlé aux parents. Ils ont publié une photo de leur ballon arc-en- ciel gay qui a volé à l’intérieur de l’école dans leur bulletin d’information hebdomadaire, mais ils ne l’ont pas qualifiée de «Journée de la fierté gay». Ils l’ont baptisée «Journée de fierté ISL»; alors les parents (surtout les parents des écoles primaires) l’ont manquée. Je sais que c’était en fait la journée de la fierté gay ISL parce que mon fils m’a dit que lors d’une assemblée dans une école secondaire ce jour-là, les membres gays de la communauté se sont levés sur la scène et se sont vantés de la nouvelle législation sur la censure qui jette les gens en Suisse en prison pour 3 ans s’ils ont été grossiers avec eux.

Oh, voici donc un exemple de la manière dont LGBT Sex Ed encourage la tolérance et le respect ? Il semble aller dans la direction opposée, où la majorité «hétéro» est agressée, puis dépossédée du pouvoir de repousser sans craindre d’être qualifiée d’homophobe. Je suis tout pour un terrain de jeu égal, mais nous savons que la balance a basculé entièrement en faveur des puissants groupes de pression politiques LGBT. Au lieu de parler en termes généraux, permettez-moi de rappeler l’expérience du Canada:

Alberta Bill 10 (projets de loi 10): Il doit exister des clubs de la Gay-Straight Alliance (GSA) dans toutes les écoles, y compris les écoles religieuses, si un seul élève le demande. Le surveillant du club peut être extérieur à l’école.

Alberta Bill 24 (projets de loi 24): Il est interdit aux enseignants de dire aux parents si leur enfant a rejoint un club GSA ou s’il est «sorti gay». Il s’agit d’une séparation juridique entre les parents et leurs enfants. Les parents aiment le plus leurs enfants et sont en première ligne pour défendre le bien-être de leurs propres enfants. Pourtant, l’État constituerait un clivage juridique entre parents et enfants, ce qui entraverait la capacité des parents à prendre soin de leurs enfants?

Cette année, un dispensaire au Canada comptait 189 cas d’enfants souhaitant changer de sexe. Ils ont généralement 1 ou 2 cas. La raison de la hausse du nombre pourrait-elle être due au programme scolaire qui enseignait aux enfants de 3e année (8 ans) qu’ils pouvaient choisir leur sexe?

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, des parents qui n’acceptent pas que leur enfant change de sexe se font enlever leurs enfants par l’État.

Au Royaume-Uni, on parle de ne pas autoriser les parents à retirer leurs enfants des cours d’éducation sexuelle.

Les projets de loi de l’Alberta, au Canada, sont en train d’être remplacés parce que nous avons mis à la porte le gouvernement qui a promulgué ces lois et que nous avons maintenant un gouvernement conservateur en Alberta. Si notre gouvernement provincial était libéral, sous la direction de Justin Trudeau, ces lois ne seraient jamais supprimées.

La Suisse a la chance d’être le seul pays au monde à pratiquer encore la démocratie directe. Un individu peut faire la différence en déclenchant un référendum. Ne perdez pas cette opportunité qui n’existe pas dans le reste du monde.

Il y a beaucoup d’autres précédents juridiques canadiens qui prendraient trop de pages à expliquer, mais sachez qu’il y a 50 ans, le Premier ministre Pierre Elliott Trudeau, père de l’actuel Premier ministre Justin Trudeau, a déclaré que l’État n’avait pas d’affaire dans nos chambres à coucher. Justin semble avoir des problèmes d’approbation de son père car il est déterminé à dépasser l’héritage de son père. Justin, à travers son programme scolaire sexuel LGBT, a forcé l’État à entrer dans la chambre de nos enfants.

Dans le projet de loi C-16, Justin Trudeau a créé un précédent juridique mondial en promulguant des lois sur la censure concernant les transgenres. Par conséquent, un Canadien a été condamné à une amende de $55,000 CAN (42,000 CHF) pour avoir utilisé le mauvais pronom lorsqu’il a parlé d’un homme transgenre devenu femme qui se présentait pour se porter candidat à des postes politiques. La communauté transgenre a insisté sur le fait que cela ne se produirait jamais lorsque des craintes concernant cette éventualité ont été soulevées pour protester contre le projet de loi C-16 (google Jordan Peterson). La communauté transgenre nous a maintenant trompés.

Il y a 500 ans cette année exacte, la Suisse a influencé la Réforme dans le monde entier, qui a notamment contribué à la naissance des droits de l’homme, de la protection sociale et de l’éducation publique modernes. Quelle doit être votre fierté d’avoir un tel héritage! Prenez le temps de vous informer sur ce qui se passe dans le reste du monde afin de pouvoir toujours voter pour la préservation de la société suisse traditionnelle, conservatrice et axée sur la famille, dont je suis tombée amoureuse.

J’adorerais voter lors du référendum de février, mais je ne peux pas, car je ne suis pas encore de nationalité suisse. On me parle tellement parce que je sais à quel point la politique LGBT a complètement changé la nature de mon pays, le Canada, en seulement 15 ans et à cause de ce que notre famille a vécu personnellement dans une école internationale en Suisse. ISL a été forcée d’être plus transparente avec les parents des écoliers à cause des pressions de notre famille, mais j’attends toujours le jour où ils donneront aux parents un moyen anonyme de faire le point sur cette question, puis jetterons un regard impartial sur les commentaires reçus, pour agir en conséquence, et répondre aux désirs des parents qui leur paient des frais de scolarité.

Vous, Suisses, sachez que cela se passe dans votre pays!

Quelqu’un comme moi, qui a grandi en faisant l’expérience de la liberté de conscience et d’expression, a été choqué de se rendre compte que l’État canadien travaille maintenant de manière active et secrète contre les parents. Cela ne devrait pas être le cas, car c’est la marque d’un régime totalitaire. Dans le passé (et encore actuellement), les gouvernements totalitaires envoyaient leurs populations dans des camps de rééducation, rédigeaient des manuels et des programmes scolaires détournés et retiraient les enfants de leurs parents. Allons-nous laisser une nouvelle forme de tout cela se dérouler au 21e siècle, sous le prétexte d’enseigner la diversité et l’inclusion ?

N’oubliez pas que si vous autorisez les gouvernements à censurer les parents qui ne veulent pas que la morale sexuelle soit enseignée à l’école, le gouvernement peut un jour changer et vouloir imposer un ensemble différent de mœurs sexuelles, qui viole votre conscience. Par conséquent, les écoles n’ont pas à enseigner à leurs élèves leur morale sexuelle. C’est la prérogative des parents. C’est dans la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies!

Lors du 500ème anniversaire de la Réforme suisse, votez pour la préservation de vos libertés durement combattues ! Votez pour préserver votre liberté d’expression, qui protégera votre liberté de conscience de choisir la nature de l’éducation de vos enfants!

Le monde entier est à l’écoute : lancez une autre réforme dans laquelle les parents reprennent la gouvernance de la morale sexuelle de leurs enfants ! Après tout, ce sont les parents qui aiment vraiment les enfants et qui seront présents pour leurs enfants, pour la vie.

J’ai surtout écrit en tant que parent, mais j’ai une pensée à partager : être moi-même une enseignante. Il y a beaucoup d’enseignants qui ne voudront pas enseigner la LGBT Sex Ed, et leur demander de défendre une telle philosophie dans une école est une violation de leur conscience.

La voix qui fera la plus grande différence dans ce débat ne sera cependant pas les parents ou les enseignants. Ce sera la communauté LGBT elle- même. Je sais que certains membres de la communauté LGBT ne croient pas que les écoles devraient s’immiscer dans la morale sexuelle, l’identité de genre de leurs élèves. Ils comprennent la fracture qui vient d’une minorité sexuelle. Ils savent que leur orientation sexuelle n’était pas par choix, n’est pas fluide et donc ne constitue pas un choix égal pour les enfants. S’il vous plaît, exprimez-vous pour le bien des enfants du monde entier, car votre voix fera toute la différence.

Votez, “Non”

Bibliography

  1. https://www.censure-non.ch (site référendaire)
  2. https://www.udf-suisse.ch
  3. https://zensurgesetz-nein.ch
  4. https://www.edu-schweiz.ch
  5. https://www.futur-ch.ch/non-a-cette-loi-de-censure/
  6. https://www.un.org/en/universal-declaration-human-rights/
  7. https://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/index.html
  8. https://www.amazon.com/Tango-Makes-Three-Justin-Richardson/dp/0689878451/ref=tmm_hrd_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=
  9. https://www.ibo.org/about-the-ib/mission/
  10. https://ibo.org/fr/about-the-ib/mission/
  11. https://www.campaignlifecoalition.com/sex-ed-curriculum
  12. https://www.campaignlifecoalition.com/sex-ed-curriculum-French
  13. https://www.campaignlifecoalition.com/clc-blog/id/66/title/canadian-bureaucrats-at-the-united-nations-take-cues-from- kathleen-wynne-to-force-controversial-sex-ed-on-other- nations
  14. http://isaacsonofpromise.com/international-school-of- lausanne/
  15. https://education.alberta.ca/media/158726/ act_to_amend_the_alberta_bill_of_rights_to_protect_our_chil dren.pdf
  16. https://education.alberta.ca/media/3704447/bill-24- web_legreqs.pdf
  17. https://www.cbc.ca/news/canada/ottawa/trans-teens-ottawa- cheo-demand-1.5026034
  18. https://www.azcentral.com/story/news/local/arizona/ 2018/04/10/why-parents-losing-custody-trans-and-gender- non-conforming-kids/485928002/
  19. https://www.theguardian.com/society/2016/nov/22/parents- fear-transgender-children-will-be-taken-away-after-court-ruling
  20. https://www.dailysignal.com/2017/06/27/new-law-canada- remove-kids-parents-reject-transgender-ideology/
  21. https://vancouversun.com/news/local-news/anti-gay-activist- ordered-to-pay-55000-to-b-c-trans-activist-in-fight-over- hateful-flyer
  22. https://www.jordanbpeterson.com
  23. https://www.parentchoice.ca